Partenariat Maroc - Émirats Arabes Unis : Opportunités et menaces

Les 12 mémorandum d’entente et autres conventions signées sous les yeux et avec la bénédiction des deux chefs d’états « amis » et  » frères » sortent du lot de ce ce que le Maroc faisait habituellement.
Non seulement le Maroc sort de la logique postcoloniale, arrivée à son terme, mais il donne corps à sa nouvelle stratégie de diversification partenariale et d’equidistance à l’égard des sources d’influence écrasante, sans remise en cause de ses choix et liens existentiels.
Dans la concrétisation de cette vision, le dossier Maroc- EAU f edt un cas d’école.

1. L’idée de « réciprocité », de « gagnant-gagnant », qui coupe avec les Salamaleks gentils mais inopérants du passé, témoigne d’un réalisme serein qui tranquillise et sur la faisabilité des projets visés avec minutie et sur la clarté des visées des deux parties partenaires;
2. L’idée de « complémentarité » qui transparaît à travers ce partenariat hors norme est patente. Les fonds souverains émiratis cherchent des havres sûrs de rentabilité. Le Maroc cherche des financements sûrs à ses projets structurants. Rien de plus simple en théorie.
3. L’idée de « connivence » geoeconomique sous tendant ce partenariat dans trois directions: Golfe- Maghreb; Moyen -orient- Afrique et Océan Indien- Océan Atlantique.

Ces points de rencontres n’ouvrent pas moins des défis triples.


a. La recrudescence de l’intimité maroco-algerienne. Le voisin de l’est voyant dans les financements emiratis l’arme destructrice de ses pièges anti-developpements du Maroc ( les fameux caillous dans la chaussure marocaine);
b. Le risque de blocage des capitaux saoudiens et qataris, voire leur orientation ailleurs ( AS en Egypte et Qatar en …Algérie), jeu de dominos inter États du Golfe et de leurs capitaux.
c. Le risque de bracage des organismes de financements de Bretton Woods et de leurs commanditaires à l’égard d’un allié traditionnel, qui prend ses aises et qui se soustrait de fait à la mainmise de la dette occidentale.


Dans le jeu subtil de la stratégie marocaine à l’égard des pays formant les BRICSE ( Brics elargi), et non avec le Groupement, le cas de ce partenariat avec les EAU est précurseur et novateur.

Comment le Maroc pourrait rallier à ce partenariat novateur les autres pays du Golfe, l’UE et les USA, est le sujet à détailler.


A.Azirar – 10.12.2023 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *