Une Nouvelle politique actionnariale de l’Etat en marche.

SM le Roi Mohamed VI a dans le Conseil de ministres qu’il a présidé samedi 1er juin 2024 a Casablanca, a fait adopter les axes stratégiques de la nouvelle politique actionnariale de l’Etat en application.  

Il s’agit d’accélérer la restructuration des participations financières de l’Etat pour cadrer avec les nouvelles priorités stratégiques du Royaume. 
L’objectif poursuivi est multiple: d’ordre financier d’abord, puisqu’il fallait revoir les quotités des participations étatiques dans les 250 Etablissements et entreprises publique pour cadrer avec les strategies poursuivies; mais surtout d’ordre stratégique au plan économique.
 

Ce saut qualitatif du secteur public était attendu depuis  la creation il y a 2 ans du régulateur et du bras actif de l’Etat en la matière: l’l’Agence nationale chargée de la gestion stratégique des participations de l’Etat. 

 

La mission de cet organe est de veiller a ce que les EEP soient orientés vers la realisation des objectifs stratégiques que le Pays a retenus; faire en sorte que les quelques 150 mds dhs d’investissement annuel opéré par ce secteur soient plus rentables et synergiques avec le secteur privé, appelé lui meme a prendre plus de part dans le développement durable et inclusif du Pays.

La reforme vise à reconfigurer le portefeuille public et améliorer sa gestion, et approfondir les réformes de certains secteurs clés de l’économie nationale, de manière à assurer une offre de service public accessible et de qualité.

 

En clair, la nouvelle politique actionnariale de l’Etat est, selon la ministre des finances, sous tendue par 7 objectifs complémentaires :
  • L’accès a une plus large  Souveraineté économique nationale
  • L’Integration continentale et internationale notamment en Afrique
  • La promotion de l’Investissement privé
  • La realisation d’une Economie competitive, avec plus de partage de valeur et de promotion de l’emploi
  • La realisation de l’Équité territoriale et de l’accès des citoyens aux services publics de qualité
  • Le Développement durable et la resilience face au changement climatique
  • La Gestion performante et la gouvernance exemplaire du secteur des EEP.
Il reste entendu que la responsabilité de la prompte execution de cette NPA et de ces objectifs combien louables, income au gouvernement, responsable en dernier ressort, et aux EEP, appelés a mieux investir, assurer leur gouvernance irréprochable, relever leurs performances et oeuvrer en synergie entre eux et avec le secteur privé. La lourde tache de pilotage et de regulation incombe a l’Agence chargée de la gestion stratégique de ce pan actif du développement qu’est le secteur économique public. 

Il incombe aussi au secteur privé d’assumer le role qui lui sied dans la nouvelle phase cruciale du développement durable et inclusif du Royaume. 

Ahmed Azirar/02.06.2024

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *