Baisse des prix mondiaux des denrées alimentaires : Impact imminent sur le marché marocain

En juin 2023, les prix mondiaux des céréales et des huiles ont continué de baisser de manière constante, selon les dernières données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cependant, ces prix demeurent à des niveaux très élevés sur les marchés intérieurs des pays les plus pauvres.

L’indice des prix des denrées alimentaires de la FAO, qui mesure la variation mensuelle des prix internationaux des produits alimentaires de base, a poursuivi sa baisse en juin, enregistrant une diminution de 1,4 % par rapport au mois précédent.

La principale baisse a été observée pour les prix du blé, qui ont diminué de 1,3 % en raison de l’abondante offre russe et de la réduction des taxes à l’exportation. Le prix du sucre a également diminué de 3,2 % après quatre mois de hausse selon les mêmes données.

Ainsi, la FAO prévoit une baisse de la production céréalière dans les 44 pays à faible revenu souffrant de déficits alimentaires, ce qui souligne une augmentation de leurs besoins d’importation.

La FAO a également constaté que la baisse des prix mondiaux de certains produits alimentaires ne s’est pas entièrement répercutée sur les marchés intérieurs de ces pays, soulevant la même question pour les marchés marocains. Ces marchés ont connu de nombreuses fluctuations depuis l’année précédente, notamment en raison de la sécheresse et du déclenchement de la guerre en Ukraine.

Au Maroc, les dernières données fournies par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) confirment une baisse réelle de 0,4 % de l’indice des prix à la consommation en mai 2023 par rapport au mois précédent, soutenue par une légère baisse de 0,8 % de l’indice des prix des denrées alimentaires.

Pendant cette période, les baisses des denrées alimentaires enregistrées par le HCP ont touché les légumes (-7,9 %), le poisson et les fruits de mer (-7 %), le lait, le fromage et les œufs (-0,6 %), le pain et les céréales (-0,4 %), ainsi que les huiles et les graisses, ainsi que le café, le thé et le cacao (-0,1 %).

Ahmed Azirar, expert économique et coordinateur de la recherche à l’Institut marocain de l’intelligence stratégique, a estimé que l’impact de la baisse continue des prix mondiaux des produits alimentaires de base sur les prix au Maroc est inévitable, mais il sera retardé. Il note que le Maroc importe une grande quantité de produits alimentaires de base et que la plupart des importations se font sur la base de contrats à durée déterminée.

Dans une déclaration à Hespress, Azirar a souligné la nécessité de prendre en compte les frais de services qui s’ajoutent aux prix des produits (y compris les frais de transport, d’assurance, etc.), qui restent élevés.

« Il ne faut pas négliger un troisième élément crucial dans la détermination des prix des produits, à savoir le problème des chaînes de distribution qui ne sont pas entièrement structurées« , a-t-il expliqué, avant de préciser qu’il faudra un certain temps avant que la baisse mondiale des prix alimentaires et ses indicateurs ne se répercutent sur les prix locaux des produits alimentaires importés sur les marchés marocains.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *