Décès de Raissi ; que de questions !

La mort accidentelle (ou pas?) de Raisi, le président iranien, ainsi que son ministre des affaires étrangères notamment, est un événement majeur qui suscite moult interrogations.

Intervenant lors du retour de la haute délégation iranienne d’une visite du pays voisin, l’Azerbaïdjan, avec lequel l’Iran essayait de normaliser tant soit peu les relations tumultueuses, ce tragique événement oriente les doutes iraniens extrémistes vers une éventuelle implication de ce pays voisin, partenaire affiché de l’Etat hébreu, dans cet « accident » qui serait provoqué par Israel.
En attendant une prise de position officielle, l’Iran prend du temps, il a ordonné une enquête et fixé la date des élections présidentielles au 28 juin.

Les Usa ont présenté leurs condoléances au peuple iranien en précisant que cet événement ne risque pas d’avoir un impact aggravant sur la situation au moyen orient. Est ce un voeu ou une certitude, dictée par leur connaissance de l’état d’esprit actuel du pouvoir iranien?
Le tragique événement a, en tout cas, coïncidé avec la demande de la Cour internationale de justice d’un mandat d’arrêt contre le premier ministre israélien, son ministre de la défense et trois dirigeants du Hamas. « L’accident » serait il alors une réponse de Netanyahu à cette demande »?

Plus directement, cet acte serait il une riposte israélienne à l’attaque aux missiles et drones que l’Iran avait opéré sur le territoire israélien, combien meme cette attaque était elle-meme une riposte au bombardement meurtrier du consulat iranien en Syrie, et qu’il était restée symbolique et meme apparement annoncée au préalable?
L’Iran va t il alors faire profil bas? Difficile pour son opinion publique interne et pour son aile dure surtout. Risque t il une fragilisation supplémentaire du régime?

Va t il, pour conjurer ce risque, se retourner contre l’Azerbaïdjan, plus abordable, et l’accuser de complicité, voire d’acte terroriste ou carrément d’acte de guerre?
Osera t il accuser un Etat nommément ( Israel, Usa…) ou une organisation terroriste quelconque? Si oui, quelle suite donnera t il a cela? Ou bien, va t il préférer envenimer la situation a’ Gaza, au Liban, au Yemen ou dans d’autres régions d’influence choisies? Ce serait le scénario le plus conforme à ses comportements post guerre contre l’Irak.

Cela étant dit, l’impact logistique et économique a été immédiatement ressenti. Le fret a augmenté, les matières premieres notamment le gaz et le pétrole ont subi une hausse de prix, et certains marchés financiers ont réagi. L’effet inflationniste dépendra de la tournure des événements et de la durée du surcroit d’instabilité dans cette région explosive.

Concernant le Maroc, le communiqué du Ministère des Affaires étrangères inspire une triple lecture: l’aspect humain d’abord, en présentant les condoléances aux familles touchées et au peuple iranien; le volet diplomatique ensuite, en confirmant l’equidistance de la politique étrangère du Maroc a l’égard des conflits extérieurs; et le niveau géostratégique enfin, en exprimant le voeu que cet événement n’aggrave pas la situation de la region.

Il est clair, qu’en cas d’aggravation de la situation, le monde risque de se rapprocher davantage d’un conflit planétaire. Combien meme les nerfs des dirigeants du monde resteront solides.
Les BRICS plus, dont l’Iran fait désormais partie, n’iront pas plus que le soutien diplomatique a’ leur allié.

Le doute, par contre, se corse davantage coté Usa, étant donné que les élections présidentielles américaines n’ont jamais été aussi incertaines depuis la seconde guerre mondiale, avec un risque de durcissement des positions entre deux parties franchement antagoniques de la population. Là, le risque est à craindre.
Et si « l’accident » iranien était en liaison avec les elections américaines?

Trop de questions, peu d’elements concrets pour répondre.

Prof.Ahmed Azirar
Fondateur de l’AMEEN.
21.05.2024.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *