G7: Ukraine, Chine, Afrique et Energie

Au sommet italien du G7, le président ukrainien était aux premieres loges. Il semblait remplacer le président russe dans l’ex 7+ Russie.
A cette réunion, la Chine n’était pas invitée. Elle a été doublement visée, pour ses relations avec la Russie et pour son hégémonie commerciale. Par contre, 12 pays d’Afrique et de la Péninsule Indo-pacifique, notamment, ont été invités par Giorgia Meloni, en faisant une liste suggestive à plus d’un titre.
Les priorités des puissances occidentales paraissaient claires: l’Ukraine, partie avec un prêt de 47 Mds $ (a rembourser par les intérêts produits par les avoirs russes gelés), les migrations et la sécurité en Méditerranée, l’Energie surtout la nouvelle d’Afrique, mais aussi, la mer de Chine, la division du BRICS+, l’IA et …accessoirement Gaza.
A la marge de ce forum, le Maghreb a assisté a la fanfaronnade des dirigeants algériens hyper fiers de l’invitation italienne, qu’ils ont utilisée pompeusement a des fins électoralistes intérieures.
Le bonheur transperçait les yeux du president-candidat algérien et de son ministre des AE, qui a meme reçu une claque présidentielle, au moment de saluer le president français. Cela dépassait tout entendement. Ledit candidat avait tellement besoin de cette bénédiction, combien meme « l’ami » president français ne tenait pas a avoir cette entrevue avec un candidat. Il aurait préféré l’avoir plus tard avec un président élu et … bien élu.
Plus sérieusement,hormis la priorité absolue, l’Ukraine, a laquelle le G7 a demandé aux 12 pays invités de la soutenir ouvertement, la sécurité et les migrations en méditerranée, l’énergie (gaz et pétrole classiques algérien et libyen et le nouveau Sénégalo-mauritanien dont le président sénégalais fraichement élu a promis d’en renégocier les contrats), sont des questions traitées par le G7 qui concernent le Maroc au premier chef, et dans lesquelles l’action et le leadership regional du Royaume ne peuvent être ignorés.
En tout cas, la non invitation du Maroc par Meloni, qui a tenu a marquer ses interêts régionaux prioritaires, n’a rien a voir avec la réputation du Royaume, dont nos voisins de l’Est se gargarisent.
Pour rappel, l’Institut Royal des Etudes Stratégiques, IRES, dans une étude scientifique sérieuse, qu’il réalise continument, a montré que le Maroc se classe dans le top 35 des nations ayant la meilleure réputation auprès du G7(+Russie).
Un suivi diplomatique marocain des résultats du G7 est attendu.
Prof. Ahmed Azirar, Economiste.
15.06.2024

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *